Aujourd’hui je vous présente une belle et complexe jeune femme, célibataire de surcroît. Elle a fait des études de géographie et exerce désormais en tant que professeur dans une université.

Plein feu sur : Emma J. !

Emma est nouvelle dans le développement personnel (moins d’un an). Nous allons parler, dans cet entretien, de ce lien que nous commençons à créer avec nous-même et de cette relation à l’autre que nous abordons de manière différente, à partir du moment où l’on décide de changer, d’évoluer et d’avoir une réflexion posée sur nous et ce qui nous entoure.

Sa définition du développement personnel est d’ailleurs assez conventionnelle, efficace : « Pour moi, le développement personnel consiste à vouloir du mieux dans sa vie. Pour ça, on va prendre conscience de ses ressources, de son potentiel et on va chercher à les exploiter, l’explorer. C’est être en accord, en phase avec nous-même. »

Son déclic a été précédé par une séries de déceptions amoureuses. Elle y a accordé de la réflexion. C’était le symptôme d’un mal plus profond, ça mettait le doigt sur un problème qu’elle mettait trop souvent de côté, par manque d’intérêt.

Jusqu’alors, elle enchaînait les rencontres par crainte de solitude. D’après elle, sa façon de gérer ses relations n’était pas équilibrée. Se sentant trop investie dans celles-ci, elle vivait tout le temps dans la crainte d’être quittée. Elle manquait d’estime pour elle-même, ne se connaissait pas bien et ainsi ne savait pas, ni comment, ni quoi s’apporter pour dépasser ses peurs.

Un jour elle n’a plus nié le problème et s’est dit : « Si je veux réussir ma vie amoureuse, il va peut-être falloir que je règle d’abord les soucis que j’ai. » « Est-ce que je peux être aimée et respectée si moi-même je ne m’aime pas et je ne me respecte pas ? » Voilà donc son point de départ.

Elle a alors décidé de consulter une psychologue dont le cabinet était proche de chez elle, afin de lui donné ce petit coup de pouce qui allait lui permettre de commencer sa nouvelle vie… Elle ne sait plus exactement comment c’est venu, mais un jour, elle a dit à sa psy : « Je n’ai aucun intérêt dans ma vie, tout ce qui m’intéressait jusqu’à présent c’était retourner avec mon ex. » Ce à quoi la psy lui a répondu : « Laisseriez-vous une amie parlez de cette façon ? » et Emma de répondre : « Non ! Ça me choquerait si quelqu’un me disait ça. » La psy lui a dit alors : « Emma, je suis certaine que vous avez une quête à faire de vous-même. Explorez-vous et cela risque de devenir très intéressant ! »

Présenter ça sous forme de « quête de sens », d’« exploration », lui a tout de suite paru plus stimulant intellectuellement. Elle s’est dit « Tiens, je suis un territoire à découvrir ! ». C’est un comble pour une personne étudiant la géographie vous ne trouvez pas ? Tout se mettait en place, doucement mais sûrement.

Elle a ensuite fait feu de tout bois, pris ce dont elle avait besoin pour apprendre à mieux se connaître, apprendre à être plus bienveillante envers elle-même aussi, savoir prendre soin d’elle. Être capable d’être également une présence maternelle envers elle.

Lecture, méditation ont commencé à ponctuer ses jours. La méditation lui a permis de se réapproprier ses sensations, à mieux s’écouter. Aujourd’hui, cette pratique l’aide à savoir ce qu’elle veut, connaître ses besoins et de bien faire la différence entre le mental, par lequel elle s’identifiait auparavant (les pensées rationnelles, ce nuage de parasites permanent), et ce qui est vraiment ELLE, son moi profond.

Il faut apprendre à laisser de l’espace. Il y a cette part profonde, émotionnelle, sensible en chacun de nous et Emma avait tendance à complètement l’écraser ; soit car elle était trop dans des raisonnements rationnels, soit quand quelqu’un n’était pas sympa avec elle, par peur de déplaire, elle n’osait pas s’exprimer.

Est venu ensuite la phase de questionnement : « Qui suis-je ? » Elle a fait feu de tout bois de nouveau, et s’est intéressée à l’astrologie. Elle s’est identifiée à certaines descriptions… Ça lui a permis de mettre des mots sur certains traits de sa personnalité qu’elle n’arrivait pas trop à caractériser. Une fois qu’elle a pris ce qu’elle avait à prendre, elle est passée à autre chose.

Une image, qui lui a été murmurée par Ali REBEIHI dans son émission « Grand bien vous fasse » sur France Inter, a fait vraiment écho en elle et lui a permit de se percevoir différemment. Une prise de conscience intime : « Il faut être son propre tigre ! ». Emma me confie alors la réflexion suivante : « Les tigres, dans la jungle sont les rois, ils ont leur destin en main, il se suffisent à eux-mêmes, ils sont indépendants, ils n’ont besoin de personne pour chasser à leur place, il savent pourvoir à tous leurs besoins. Il faut qu’on soit tous nos propres tigres ! »

À ce moment de l’interview, je lui demande alors de me citer une expérience vécue qui lui évoque ce renouveau vécu grâce à sa prise de conscience liée au développement personnel. Voici sa réponse :

« Ce sont plutôt des petits événements mis bout à bout qui finalement représentent un grand pas en avant pour moi : savoir dire non, se respecter, le travail que j’ai produit dans le cadre de mon métier, cela me paraissait pourtant si insurmontable… Je me suis surpassée. J’aurais pu procrastiner, faire l’autruche, mais j’ai fait ce que j’avais à faire ! J’ai obtenu un résultat qui dépassait mes attentes. Je ne me suis pas laissé tomber. Je me disais : « Il faut que je mette toutes les chances de mon côté ! ». Certes, il y a certains points où j’aurais pu mieux faire, mais je l’ai fait et c’est le plus important ! »

Elle souhaitait revenir aussi sur le fait qu’elle a l’impression de mieux écouter sa boussole intérieure, ne serait-ce que pour les décisions les plus minimes. Aussi, il est question d’être autonome, de savoir se gérer, de savoir profiter pour soi, développer son égoïsme. Elle n’a pas non plus envie d’être dans une démarche d’isolement. Elle ne fait pas ça pour se couper du monde ni se dire qu’elle n’a pas besoin des autres. Savoir être autonome, c’est aussi savoir quand est-ce qu’on a besoin d’aide et savoir la demander. Ou encore, savoir tisser des liens avec les autres qui ne soient pas dans le besoin, mais dans l’envie, et mieux profiter de leur présence. C’est également, mieux partager les choses.

Le lien aux autres est important, on se réalise aussi grâce à ça. Elle s’est longtemps considérée comme quelqu’un de timide et d’introvertie, mais elle a réalisé que c’était important d’avoir du lien avec les autres, ça lui apportait de l’énergie. Pour Emma, apprendre à s’aimer ce n’est pas être mégalo, ne s’attribuer que des qualités, physiques et morales, du type : « Oui, je suis drôle, spirituelle, intelligente et je ne me trouve géniale ! » mais c’est plutôt apprendre à accepter qui l’on est et être bienveillant envers soi-même. Ce qui ne veut pas dire non plus être complaisant, mais juste arrêter de s’auto-flageller (ce juge dans nos têtes) et savoir se faire entendre.

 

Ses livres références :

  • 50 exercices pour sortir de la dépendance affective – Géraldyne PRÉVOT-GIGAN
  • Méditer jour après jour – Christophe ANDRÉ
  • Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués – Béatrice MILLÊTRE

 

Ces femmes qui l’inspirent pour leur indépendance :

  • Björk
  • Kate BUSH
  • Loreena MCKENNITT
  • Cate BLANCHETT

 

Sa citation favorite :

« Dans 20 ans, vous serez plus déçu par les choses que vous n’avez pas faîtes que par celles que vous avez faites. Alors sortez des sentiers battus. Mettez les voiles. Explorez. Rêvez. Découvrez. » Mark TWAIN

 

Son petit truc en plus :

Quand elle a l’impression de subir… Elle essaye de voir la situation inconfortable comme un jeu, d’y apporter une dimension ludique, genre on va jouer à : « Emma va assurer un cours magistral devant 150 personnes », « Emma joue à être pionne » ça n’élude pas les enjeux qu’il peut y avoir derrière, mais ça allège la pression, ça rend plus supportable le présent.


Sophie COLLOT

Je m'appelle Sophie COLLOT, j'ai 30 ans. J'ai créé www.sois-toi.fr afin d'avoir un espace totalement dédié à mes recherches sur le développement personnel, la quête du bonheur, la quête de soi... N'hésites pas à me contacter si tu veux collaborer avec moi, ou tout simplement échanger sur ce thème absolument illimité de la connaissance des mondes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *